topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

15 avril 2011

SAVOIR SAISIR SA CHANCE

bonne_chance_017[1].gifVous pensez être né sous une mauvaise étoile ? Erreur : la bonne fortune, ça se mérite ! A vous de tout faire pour mettre la chance de votre côté.
Pourquoi certains rencontrent-ils, en permanence, des occasions en or, alors que d’autres enchaînent déconvenues et accident de parcours ?
Pendant plusieurs années, un chercheur anglais, Richard Wiseman, a étudiés les comportements de personnes dites chanceuses et ceux d’individus qui, au contraire, sont la déveine incarnée. Sa conclusion exposée dans le livre « The luck Factor » (« notre capital chance » éditions Marabout), est sans appel : on ne naît pas chanceux ou malchanceux. Tout n’est qu’une question de posture et de discipline. Certes, le « coup de bol » existe. Mais, fruit d’un pur hasard, il est rare.

Si vous voulez avoir de la chance sur la durée, vous devrez retroussez vos manches. Car, contrairement aux idées reçues, celle-ci ne tombe pas du ciel.
Elle se provoque, puis s’entretient. Pour la saisir, il faut se créer des opportunités. Puis ne pas les laisser passer.


1. SACHEZ VOUS MONTRER POSITIF POUR EMPORTER L’ADHESION

En matière de chance, l’optimisme est l’arme absolue. Adopter un état d’esprit positif rend plus convaincant. Ce qui, en définitive, favorise la réussite.
Les chanceux sont, par nature, optimistes : ils s’attendent à ce que la chance leur sourie. C’est par ce qu’il suscite l’intérêt que l’optimiste attire les bonnes affaires. Pour forcer le destin, il faut aussi se montrer opportuniste. Autrement dit, tenter de tirer le maximum de chaque rencontre, de chaque situation. Lors d’un rendez-vous clientèle, n’essayez pas de vendre un produit, mais deux, ou obtenez de votre interlocuteur qu’il vous ouvre, en prime, son carnet d’adresse. L’optimiste-opportuniste surmonte les obstacles qui se dressent en travers de son chemin. Face à l’échec, l’optimiste s’est rebondir : « il voit une opportunité dans toute difficulté, alors que le pessimiste flaire une difficulté dans toute opportunité »
Pour développer cette capacité de rebond, il faut se convertir au « recadrage positif ». Une promotion de vous passer sous le nez ? Ce n’est un drame : il vous manquait sans doute une expérience, le décisionnaire n’était pas de votre côté ou peut-être n’aviez-vous tout simplement pas assez préparé votre dossier. Adopter une telle posture vous permet de ne pas vous enfermer dans une spirale d’échec (ce qui est le propre du pessimiste) et vous replace en condition de réussite lorsque la prochaine occasion se présentera.

2. REALISEZ VOS PROJETS SANS VOUS LAISSER DECOURAGER

Vous avez l’impression que votre concurrent direct est toujours au bon endroit au bon moment et qu’il flaire les projets porteurs ?
Dites-vous que cela ne relève pas du hasard. Pour bien capter les tendances, il faut s’informer :
- entretenir une veille permanente et rester attentif à son environnement.
- Quels sont les projets de l’entreprise ?
- Comment évoluent vos concurrents, mais aussi les autres secteurs ?

Provoquer les occasions implique aussi de s’engager. Participer à des projets, sortir de son périmètre d’activité…

3. RESTEZ OUVERT AUX AUTRES ET AUX OPPORTUNITES

Différence fondamentale entre « chanceux » et « malchanceux » : les premiers ont, contrairement aux seconds le sens du contact.
En multipliant les contacts, on se crée ainsi de nombreuses occasions. Rien ne dit que l’homme que vous côtoyez n’est pas un chef d’entreprise qui cherche un partenaire d’affaire dont le profil est identique au vôtre.
Mais attention, pour recevoir, il faut commencer par donner si l’on veut que les autres pensent à nous, il faut aussi les aider, leur fournir des informations, comme un bon plan.
Mais pour attirer la chance, il ne suffit pas d’être ouvert, il faut aussi se rendre visible. Par exemple en participant aux activités de clubs, en animant de conférences, en enrichissant son carnet d’adresses.
Il ne faut pas sous-estimer les « liens faibles » c'est-à-dire des personnes qui n’appartiennent pas à votre premier cercle et que vous êtes amené à rencontrer dans les salons ou les clubs professionnels. C’est souvent grâce à elles que des offres surgissent d’emploi, de développement de projets ou de carrière, car elles n’ont pas les mêmes centres d’intérêt que vous, ni les mêmes cercles relationnels. Cela vous offre de nouvelles perspectives.
Ouvert au autres, ouvert aux propositions la démarche est la même. Très souvent chanceux et malchanceux tirent un profit complètement différent d’une situation de départ identique.

4. N’AYEZ PAS PEUR DE FAIRE CONNAITRE VOS AMBITIONS

Pour provoquer la chance, encore faut-il savoir ce que l’on veut. C’est aussi l’une des forces des chanceux, alors que les malchanceux apparaissent plus indécis. Il faut donc consacrer du temps au développement de son projet, mettre au point une stratégie, définir des étapes intermédiaires, identifier les personnes à approcher…
Cela vous permettra, lorsque les occasions se présenteront, de repérer celles qui sont réellement en phase avec vos attentes.
Si vous avez un rêve, parlez-en autour de vous. En faisant connaître vos ambitions, vous avez des chances qu’on vous propose, un jour, quelque chose qui y corresponde.
Garder vos idées pour vous de peur qu’on vous les vole est un mauvais calcul. Vous n’avancer pas d’un pouce. Le tout est de distiller l’information, sans jamais dévoiler le « cœur nucléaire », la vraie originalité de votre projet.
En parlant, on finit par y croire soi-même, ce qui contribue à concrétiser son rêve.

5. SOYEZ REACTIF ET N’HESITEZ PAS A SUIVRE VOTRE INTUITION

Lorsque l’occasion se présente, il faut savoir la saisir au vol. on ne dispose parfois que de quelques heures pour prendre une décision lourde de conséquences.
Il faut parfois être capable de réagir vite et de prendre des risques. Les chanceux en prennent d’ailleurs plus que les autres et davantage enclins à suivre leur intuition.
C’est souvent une fois que l’on a plongé qu’on se rend compte qu’il s’agissait d’une occasion en or.
Etre réactif ne signifie pas agir dans la précipitation, de façon irraisonnée. Le risque, ça se mesure. Tout dépend aussi jusqu’où vous êtes prêt à aller.
Les études de Wiseman montrent d’ailleurs que les chanceux prennent la plupart de leurs décisions à l’instinct. Faites le test vous-même. L’intuition est souvent bonne conseillère. L’erreur, quand on veut optimiser sa chance, serait de ne pas l’écouter.

INNOVATION COTE D'IVOIRE : Rejoignez mes contacts sur Viadeo

13:40 Écrit par innovationcotedivoire dans Entrepreneurs en action | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : entreprise, entreprendre, entrepreneuriat, monde, afrique, côte d'ivoire, abidjan | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.