topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

27 juillet 2011

TOURE AHMED BOUAH : De l’écolier aux pieds nus à Kolia à l’étudiant de Bordeaux en costume

De l’écolier aux pieds nus à Kolia à l’étudiant de Bordeaux en costume, que de chemin parcouru ! Touré Ahmed Bouah est titulaire d’un diplôme d’ingénierie en management des risques obtenu à l’ETSAA à Cazeaux en France.

Natif de KOLIA, localité située dans le département de BOUNDIALI au nord de la Côte d`Ivoire, M.TOURE Ahmed Bouah se présente aujourd`hui comme une icône de la nouvelle génération de managers africains.

Auréolé, entre autres, du titre prestigieux de Meilleur Manager Africain par la prestigieuse Institution Panafricaine du Conseil des Managers Africains (IPCMA) réuni à Paris le 07 juillet 2009, pour ses orientations stratégiques en matière de développement durable mises en œuvre dans un climat économique extrêmement difficile en Côte d’Ivoire, ce chef d’entreprise émérite a été reçu en qualité d’invité d’honneur à l’UNESCO avec plus de 17 Chefs d’Etat et de gouvernement à la faveur de la remise du Prix Félix Houphouët Boigny pour la Recherche de la Paix au président brésilien Lula Da Sylva en 2009 à Paris.

Président du Conseil d’Administration de SOPHIA Immobilier, il mène de mains de maître le projet novateur de création d’un Pôle Urbain au Nord-ouest d’Abidjan avec pour objectif les rattrapages des infrastructures de base pour le soutien d’une économie qui représente plus de 40% du PIB de espace UEMOA.

Par ailleurs, il est le Président Fondateur de la FONDATION SOLIDARITE ET DEVELOPPEMENT dont l’objectif est de proposer une approche de solution à la question du chômage des diplômés sur le registre du retour à l’éducation et à la formation par le biais de la culture du travail.

C’est d’ailleurs l’axe majeur du programme qu’il s’est assigné. C’est ainsi que son engagement sans faille dans la lutte contre la pauvreté lui vaut sa nomination par les instances onusiennes en qualité d’Ambassadeur des Objectifs du millénaire (O.M.D).

Toure_Bouah.jpgTOURE Ahmed Bouah est né, il ya près d’un demi siècle, à Kolia dans le Grand Nord ivoirien, dans la pure tradition mandingue portée sur la valeur communautaire avec en prime un sens avisé de la valeur humaine.

Chez le peuple manding, la famille au sens très élargi, est le socle de la générosité et du bien partagé dont en premier lieu le partage de la nourriture. Cette valeur cardinale va formater son être et prendre pied dans toutes ses actions.

Dans le prolongement de cet altruisme, le jeune Ahmed Bouah, dont les premiers pas dans la vie ont été guidés par sa grand-mère a ainsi fréquenté l’école, non pas pour se contenter d’être quelqu’un, mais surtout pour servir les siens.


Son cursus n’a pas qu’été un long fleuve tranquille car des anecdotes instructives émaillent aussi sa vie scolaire.
L’on n’en retiendra que les plus évocatrices pour mieux cerner le caractère de combattant de l’homme. En effet, pour acquérir son premier uniforme dont le coût s’élevait à 200 francs CFA, le jeune TOURE Ahmed Bouah devrait attendre trois mois, le temps pour sa grand-mère de réunir cette petite fortune.

Autre fait marquant, en classe de cours préparatoire un et enfin en classe de cours moyen deux, à la faveur de l’achat de fournitures scolaires d’un montant de Trois cent cinquante francs CFA pour le premier cas cité et pour l’exigence de cinq cent francs comme frais de convoyage sur les lieux de l’examen du Certificat de fin d’Etude Primaire le destin de TOURE Ahmed Bouah a faillit basculer.

La grand-mère, encore elle (paix à son âme), a vendu le reste du mil à la fin de la période de soudure, pour réunir les trois cent francs nécessaires à l’acquisition des fournitures de base comme les livres de Mamadou et bineta, donnant ainsi à son petit fils de reprendre le chemin de l’école, après trois mois de retard.

Pour le cas des frais de convoyage, faute de ne pouvoir les réunir, le petit Bouah, avec d’autres compagnons d’infortune, a dû rallier à pied les quinze kilomètres (aller et retour) qui séparait Kolia du centre d’examen à Gbon, ex-chef lieu de sous préfecture.

TOURE Ahmed Bouah se souvient d’être revenu de ce voyage avec des œdèmes. A la session de l’entrée en sixième qui s’est tenue un mois après dans le même village, elle ne réussira pas à lui payer les frais de convoyage, mais elle s’est efforcée d’offrir à son petit fils, sa première chaussure en caoutchouc appelée « lékè » dans la langue locale pour la marche des 15 Km.

Ces faits, et bien d’autres encore, ont forgé en l’enfant Bouah, puis chez le manager, une conviction qui se traduit aujourd`hui par la vision du concept de Développement Solidaire.

C’est dans cette insidieuse forme d’inégalité sociale que TOURE Ahmed Bouah réalise ses études jusqu’au baccalauréat au lycée classique d’Abidjan.

Il est confronté à de nombreuses difficultés durant ses périodes. Mais par ses résultats méritoires, il bénéficie d`une bourse de l`Etat Français pour continuer ses études à Nîmes et à Bordeaux (France).

Touré Ahmed Bouah, est un pur produit de la culture francophone. De Kolia (Nord de la Côte d`Ivoire, département de Boundiali), où il réalise son cycle primaire, à Nîmes pour les classes préparatoires des grandes écoles militaires françaises (base aérienne 726) puis à Cazeaux à la base aérienne 120 (Bordeaux-France) où il décroche son Diplôme d’Ingénierie en Management de Risques après être passé par le très célèbre Lycée Classique d’Abidjan d’alors, l’enfant de Kolia aura été un éternel tutoyeur des cimes.

Sentant toujours la rupture épistémologique, il l`a vécue dans sa carrière professionnelle et son existence sociale. “Ne rien tenir pour acquis” reste son credo.

A l’aéroport d’Abidjan où il est recruté comme cadre Ingénieur Conseil avec un salaire conséquent, TOURE Ahmed Bouah abandonne la monotonie dorée du fonctionnaire pour s’engager dans l’enseignement, en qualité de chargé de cours à l’Institut Industriel de l’Afrique de l’Ouest (ex- école de formation des cadres de la Raffinerie de la Côte d`Ivoire).

On croit son destin ferré avec son dévouement à partager ses acquis. Mais quoique prenant plaisir à former les étudiants de divers pays de cette institution africaine, TOURE Ahmed Bouah finit par créer un cabinet de consultance (IAP) pour partager encore une fois sa passion pour l’optimisation des potentialités humaines et matérielles qu’il sait réelle dans les pays d’Afrique au Sud du Sahara.

Il va se lasser de la routine du contrat, taraudé qu’il est, en fait, de devenir lui-même initiateur d’une perspective nouvelle de développement durable, le projet de création de pôle urbain.

Indubitablement, l’un des postulats majeurs de la psychologie se trouve résumé en la vie même de Touré Ahmed Bouah qui veut que l’adulte d’aujourd’hui est l’enfant d’hier.

Cet homme dont la générosité est une religion, est finalement l’un de ces prototypes d’hommes qui ont su surmonter les effets réducteurs du contexte socio- économique vers le dépassement et la réalisation de soi.
En bien de points, son existence passée est l’expression éloquente de sa personnalité iconoclaste affichée, de par les témoignages récurrents et des documents objectifs (photos, notes de classes, appréciations des formateurs).
En nous faisant voyager de l’époque des années du primaire aux années de collège et lycées puis le cycle supérieur en France et en continuant dans sa vie professionnelle, TOURE Ahmed Bouah montre qu’il est aux antipodes de ces élites déracinées dont l’attitude outrancière a amené Franz FANON, à écrire le roman pamphlétaire "Peaux noires, masques blancs".

Dans cette perspective, il obtient en 2009 la distinction de « Meilleur Manager Africain ». Du prix qui y est attaché, soit 500 millions de francs CFA, TOURE Ahmed Bouah en fait don aux organisations de recherche et de lutte contre la recrudescence des maladies cardiovasculaires en Afrique Noire.

Ce souci de partager et de se rendre utile aux autres, incite ce disciple de Raoul Follereau à se lancer aussi dans la lutte contre un autre mal endémique en Afrique Noire Francophone: le chômage des diplômés.

Altruiste à souhait, homme de foi, il s`évertue au quotidien à contribuer à l`émergence d`un idéal de paix, d’un monde uni et en paix dans lequel s`harmonisent les dimensions matérielles et spirituelles. En effet, attaché à la spiritualité, cela lui a valu l`insigne honneur d`être membre d`honneur de plusieurs associations musulmanes, notamment celle de la mosquée historique de DABAKALA en Côte d`Ivoire.

C’’est fort de ces valeurs, qu’il s’intéresse aux O M D. De tous les objectifs du millénaire pour le développement, il opte pour le «Droit à un habitat sain pour tous» Il n’en faut pas plus pour qu’il lance lui-même 03 grands projets majeurs pour une urbanisation maîtrisée de l`espace.

TOURE AHMED BOUAH, prototype de l’élite africaine, en rupture de ban avec la pensée unique, il ne tient rien pour acquis.

TOURE Ahmed Bouah lance l’initiative originale du "Pôle Urbain", un vaste projet de rattrapages durables des infrastructures de base dans le district d Abidjan.

Bouée de salut à la grave crise de logements, d’infrastructures de base et creuset de milliers d’emplois directs et indirects pour une jeunesse ayant perdu ses repères. Sa vision plait aux décideurs des pays africains et emporte l`adhésion de tous.

Le démarrage effectif d’un tel projet lui vaudra l’honneur d’être distingué "Meilleur Manager Africain" de la prestigieuse Institution des Opérateurs Economiques de la Diaspora Africaine dont le leitmotiv est: "L’Afrique Gagnante".

Des acteurs institutionnels et étatiques notamment le BNETD, l’AGEF, le CEPICI et plusieurs autres ministères s’impliqueront pour consolider l’initiative et l’inscrire comme action prioritaire du DSRP final de janvier 2009.
Le cadre de référence et de coordination des politiques économiques, financières, sociales et culturelles qui permet d’éradiquer la pauvreté est le DSRP qui vise l’amélioration des conditions de vie des populations, notamment les plus vulnérables, par une alimentation saine et suffisante, l’accès à l’eau potable, aux services énergétiques de base, aux services et soins de santé de qualité, à l’éducation, à un environnement sain et à un habitat décent.

Au-delà de cette initiative, il intègre la promotion et le respect des droits de l’homme, l’équité du genre et l’atteinte des OMD comme ses axes de progressions.

Dans cette perspective, les questions relatives aux populations vulnérables infectées et affectées par les grandes pandémies comme le VIH/sida, font l’objet d’une attention particulière de sa part. Il veut offrir également à la Côte d’Ivoire l’occasion d’affirmer sa vocation de pays d’hospitalité et de solidarité.

A ce titre, la question de l’intégration sous-régionale a été érigée par cet homme comme une priorité et constitue un de ses axes stratégiques.

Quand le Gouvernement lance un appel solennel à tous ses fils et à tous ceux qui y ont un intérêt, à soutenir les efforts du pays par la mise en œuvre des stratégies et actions contenues dans ce DSRP, l’homme se met aussitôt au travail en réunissant de vastes moyens d’action et une organisation humaine, technique, financière, comptable et stratégique capable de lui garantir une bonne fin d’exécution de sa mission qu’il se donne.

Il s’appuie sur SOPHIA, une société qu’il créée pour la circonstance. Cette société réussira au bout de deux(2) ans à mettre à son actif :
- Une mise en réservation par l’Etat de Côte d’Ivoire d’une assiette foncière de 12 000 hectares au nord-ouest d’Abidjan,
- Une étude de préfaisabilité technique et financière du projet pôle urbain, réalisée avec le concours des acteurs intentionnels dont le ministère de la construction et de l’urbanisme, le Cabinet-Conseil du gouvernement en l’occurrence le Bureau National d’Etude Techniques et du Développement (BNETD), l’Agence de Gestion Foncier(AGEF) et le Centre de Promotion des Investissements(CEPICI)

- Un réseau de partenaires techniques et financiers internationaux de renommée mondiale comme le groupe ATEPA et le pÖyry

- Conscient que, dans les pays d’Afrique au Sud du Sahara, la pauvreté s`amplifie de jour en jour, le natif de Kolia intègre quelques besoins légitimes de la population dans un concept de développement solidaire.

Sur le front social et pour traduire ces besoins en actions concrètes, il crée la fondation solidarité et développement. C’est à partir de cette nouvelle expérience qu’il croit être plus utile à la communauté en touchant aux questions de l`habitat de qualité, d`emploi des jeunes diplômés et enfin du concept de développement solidaire que le patron de SOPHIA IMMOBILIER pense désormais faire parler son cœur de fort belle manière. Tous ces objectifs restent d’ailleurs des enjeux du millénaire.

C’est donc naturellement qu’il est retenu dans le système onusien comme membre émérite du collège des ambassadeurs des OMD (objectifs du millénaire pour le développement) en octobre 2009.

L’UNESCO le reçoit en tant qu’un invité d’honneur avec 17 chefs d’Etat et de gouvernement pour la remise du prix Félix Houphouët Boigny pour la recherche de la paix au président Brésilien LULA DA SYLVA dans le mois de juillet 2009 à Paris.

La prestigieuse Institution Panafricaine du Conseil des Managers Africains réuni à Paris le 07 juillet 2009 le désigne comme meilleur manager Africain 2009 dans la capitale Française.

Du prix qui y est attaché, soit 500 millions de francs Cfa, Touré Ahmed Bouah en fait don aux organisations de recherche et de lutte contre la recrudescence des maladies cardiovasculaires en Afrique noire.
C’’est ce souci de partager et de se rendre utile aux autres qui fait que ce disciple de Raoul Follereau se lance dans la lutte contre un autre mal endémique en Afrique noire francophone : le chômage des jeunes diplômés.

Ahmed3.jpgVoici le long chapelet de distinctions à son actif :
• Meilleur manager ivoirien 2007
• Meilleur manager ouest-africain 2008
• Meilleur manager africain 2009
• Super prix de meilleur agent de développement par l`organisation panafricaine de la jeunesse francophone
• Invité d`honneur à la remise du prix FELIX HOUPHOUET BOIGNY pour la recherche de la paix décerné en 2009 au président brésilien LULA DA SYLVA
• Ambassadeur honoraire de l`ONU pour les Objectifs du Millénaire
de Développement.
• Prix de la fondation panafricaine KIYI pour son soutien aux actions de formations des jeunes, à la création et au développement par la culture.
• Commandeur de l`Ordre International de la valeur par l’Institut Panafricain de la biographie, pour ne citer que ceux-là.
Ces distinctions et reconnaissances sont l`émanation d`un cursus scolaire, universitaire et professionnel qui forge l`admiration de tous.
• BAC D au lycée classique d`Abidjan
• Classes préparatoires aux grandes écoles de Formation de Sécurité de l`Armée de l`Air Française (base aérienne 726 NIMES-France)
• Diplôme d`Ingénieur en Management des Risques de l`Ecole Technique Supérieure de Sécurité de l`armée de l`air française (base aérienne 120 de CAZEAUX. BORDEAUX-France)
• Chargé de cours à l`Institut Industriel de l`Afrique de l`ouest à GRAND-BASSAM (Côte d`Ivoire) pour la formation des cadres de raffinerie
• Consultant international en management des risques
• Il est aujourd`hui président fondateur de la fondation solidarité développement qui s`est donné pour mission la promotion de la qualité de la vie, de l`insertion des jeunes diplômés dans le circuit d`emploi et surtout d`un concept nouveau qui est le développement solidaire.

Source:Abidjan.net

Les commentaires sont fermés.