topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

04 août 2011

COTE D’IVOIRE RELANCE ECONOMIQUE : QUE CHERCHENT LES OPÉRATEURS ECONOMIQUES AU PALAIS PRÉSIDENTIEL ?

DRAPEAU CI.jpgADO_Tanoh1.JPGIl y a quelques semaines, le président de la république recevait au palais présidentiel deux têtes fortes du monde des affaires (Jean Kacou Diagou et Jean-Louis Billon) respectivement président du patronat de Côte d’Ivoire et président de la Chambre de Commerce et d’Industrie.
Pas plus tard qu’hier (Mercredi 03 Août 2011), le Président de la République a accordé deux audiences à deux opérateurs économiques : la première à été accordé à Jean-Louis Ekra le président de La Banque Africaine d'Import-Export.
La seconde audience a été Accordée au Groupe Barry Callebaut Saco spécialisé dans le domaine du Cacao (représenté par M. Juerguen B. Steinemann).

Au vue de ces différentes rencontres, nous nous sommes demandé de savoir ce que cherchent ces homes d’affaires et ces entreprises au palais présidentiel ?

A première vue, ils viennent féliciter et encourager le président de la république et son gouvernement : le premier pour son élection à la tête du pays et le second pour ses actions de reconstruction économique et social après la crise post électorale. Jean-Louis Ekra le desait lui-même à sa sortie d’audience: « je suis venu féliciter le président Alassane Ouattara pour son élection et accompagner les efforts du gouvernement dans ses actions de réhabilitation et de relance de l’économie de la Côte d'Ivoire»

Cependant, une analyse approfondie démontre que tout ce « ballet économique» au palais présidentiel s’inscrit dans la planification de la stratégie du gouvernement ivoirien pour la relance économique et social du pays.
Cette mise en œuvre nécessite une forte implication des entreprises (nationales et internationales) et d’autres structures de l’univers économique ivoirien.

Deux niveaux d’implication se dégagent :
1. Le niveau institutionnel ou structurel ;
2. Le niveau fonctionnel (la mise en œuvre)

Le niveau institutionnel ou structurel prend en compte les structures, les organisations et d’autres entités chargées de coordonner toutes les actions commerciales et le développement industriel en Côte d’Ivoire (la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) et le Patronat Ivoirien). D’où la nécessité de rencontrer d’abord les responsables des ces entités afin de définir les bases structurelles de la relance économique et sociale de la Côte d’Ivoire.

Ainsi pour Jean Kacou Diagou, le patron des patrons ivoiriens : « Aujourd’hui, il est possible de redonner espoir au patronat ivoirien parce que nous échangeons avec des gens qui connaissent l’économie, savent ce que c’est que l’entreprise ». Selon lui, les patrons collaborent avec le ministre de l’Economie et des Finances, Charles Koffi Diby, qui « fera tout pour que les entreprises prospèrent ».

Quant aux perspectives de création d’emploi, le président du Patronat a noté que la création d’entreprises est aujourd’hui plus aisée qu’il y a quelques mois. Car, dira Jean Kacou Diagou, « nous avons aujourd’hui une plus grande visibilité sur le futur. On sait que les élections, qui hypothéquaient l’avenir de la Côte d’Ivoire, sont passées. Nous sommes entrés dans une ère du développement économique. Nous sommes là pour que les entreprises et les investisseurs puissent avoir un espace pour le développement».

Pour Jean-Louis Billon, la normalisation de l’univers économique ivoirien est un atout. « Nous sommes d’accord pour que les choses reviennent à la normale », a rassuré M. Billon, tout en plaidant pour un Etat de droit de plein exercice, une sécurité juridique et judiciaire, favorables aux investissements et à la création des entreprises.

Le niveau fonctionnel (la mise en œuvre) implique les banques et les entreprises qui vont soutenir la relance économique et sociale ; soit par le décaissement d’importante somme d’argent ou soit par l’intensification des investissements ou par la création des entreprises.
Ainsi, le président Jean-Louis Ekra à fait savoir à sa sortie d’audience avec le chef de l’Etat que depuis 2 ou 3 jours une équipe est sur le terrain pour faire l'inventaire des besoins de l'économie ivoirienne afin d’apporter le soutien nécessaire.
IL a précisé qu'une enveloppe de 700 millions de dollars pourrait être décaissée assez rapidement enfin de financer un certain nombre de Projets.
Pour M. Juerguen B. Steinemann, la Côte d'Ivoire, premier producteur de cacao et la sa Société, la plus grande entreprise de transformation de cacao et de chocolat au monde sont des partenaires naturels. Il signale de grands investissements en Côte d'Ivoire dont certains ont Déjà débuté. Il y a le cas de San-Pedro où ils ont décidé de mettre en Place une nouvelle fabrique qui devrait transformer plus de 70 000 tonnes de cacao ivoirien.

KONANDE

Les commentaires sont fermés.