topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

24 août 2011

INFOS ECO. DES RÉGIONS : Coulibaly Sangafowa aux paysans de Korhogo : “L’Etat a investi 85 milliards pour sauver le coton”

DRAPEAU CI.jpgrégion des Savanes.pngPublié le mercredi 24 aout 2011 | Nord-Sud
Toucher du doigt les réalités d’un secteur pourvoyeur de richesse. S’imprégner des réalités quotidiennes des producteurs de coton, d’anacarde et de mangues. Et par la même occasion, voir les conditions d’une relance de l’agriculture dans la région des savanes. Ce sont les raisons qui ont poussé le ministre de l’Agriculture, Mamadou Coulibaly Sangafowa à entamer une visite, samedi, dans les zones Centre, nord et ouest (Cno) notamment à Korhogo où il a rencontré les opérateurs du secteur agricole. «Ainsi donc, de l’année 2004 à ce jour, l’Etat ivoirien a investi plus de 85 milliards de Fcfa dans la filière pour ne pas la voir disparaître», a-t-il expliqué. Du fait des affres de la crise, la production cotonnière, l’une des principales activités de cette région, est en proie à des difficultés à telle enseigne que de nombreux paysans ont abandonné leurs plantations. Mais, les choses commencent à rentrer dans l’ordre depuis l’élection du président Alassane Ouattara. Selon le ministre, le gouvernement a mis en œuvre une politique pour maintenir la filière coton hors de la zone de turbulence. Avant de donner des précisions sur l’ordonnance du chef de l’Etat relative à l’exonération de taxes d’enregistrements sur le coton, l’anacarde et le karité. Selon lui, il faut que le producteur qui est le créateur de la richesse, puisse bénéficier des efforts de son travail. Pour ce faire, il a demandé aux coopératives de régulariser leur situation. Pour Tuo Lacina, président de l’Intercoton (Interprofession du secteur coton) des efforts ont été déjà consentis par l’Etat à travers la subvention des prix de l’engrais à hauteur de 14 milliards, la revalorisation du prix d’achat du coton-graine de 10 Fcfa, etc. Mais, ils restent insuffisants. Avant de plaider pour l’accélération des efforts de la modernisation de l’agriculture à travers la culture attelée et la mécanisation, la poursuite de la réforme visant la mise en place du projet de loi relatif aux interprofessions, la mise en place d’un conseil agricole amélioré, l’évaluation de la privatisation, … Coulibaly Sangafowa a rassuré que le gouvernement saura donner une réponse adéquate aux préoccupations des paysans.

Les commentaires sont fermés.