topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

27 août 2011

INFOS ECO DES RÉGIONS: Fonds National de Solidarité (FNS): Konaté Siratigui à Fresco et Gagnoa

DRAPEAU CI.jpgKonate_S_DG_FNS1.jpgPublié le vendredi 26 aout 2011 | Ministères
Ci-joint, un large extrait du discours liminaire de du Directeur général du FNS à l’occasion de la tournée d’information et de sensibilisation débutée le mardi 23 août dernier.

(…)Cette mission s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de l’important programme présidentiel d’insertion des jeunes par l’activité économique. Le Fonds National de Solidarité pour la promotion d’emplois jeunes, placé sous la tutelle technique du ministère de la Promotion de la Jeunesse et du Service Civique, est l’un des maillons essentiels de l’insertion par l’auto emploi.

L’objectif de cette rencontre de travail est de vous faire partager la vision du FNS pour une meilleure insertion des jeunes et les attentes de cette structure vis-à-vis des autorités locales.

Nous vous proposons une séance de travail en trois points :

1. Présentation du FNS
2. La création d’un point focal
3. Proposition d’un cadre de collaboration entre le FNS et la collectivité territoriale

Depuis plus de deux décennies, la Côte d’Ivoire connait une crise économique qui affecte la situation sociale des populations. Conséquences : l’Etat et les entreprises du secteur privé n’ont plus les moyens d’offrir des emplois à la majorité de la population active. En 2002, la crise militaro-politique survenue en septembre a aggravé la situation avec les licenciements massifs, le pillage et la destruction des moyens de production de nombreux petits opérateurs.

Cette crise qui a failli détériorer les fondamentaux du système économique, a également exacerbé la situation déjà précaire de l’emploi en général et celui des jeunes en particuliers. Le taux de pauvreté a atteint plus de 40% et près de 4,4 millions de personnes sont en situation de difficulté d’emploi. Selon les estimations de l’AGEPE, plus de la moitié de ces personnes sont constituées de jeunes. Qualifiés ou non, ces jeunes sans emploi sont gagnés par le sentiment de désespoir et de la perte de l’estime de soi. Le nombre sans cesse croissant de ces jeunes constitue une menace pour la cohésion sociale. Face à cette situation quelle alternative ?

L’institution du FNS est la solution trouvée par l’Etat pour aider les jeunes entrepreneurs à se prendre en charge. Le FNS, né en pleine crise, vise donc à accompagner les jeunes à qui l’état donne une chance de s’installer dans l’emploi indépendant.

En effet, le profil de ces jeunes sans historique entrepreneurial, sans « surface financière », les rend peu crédibles pour accéder au financement classique des banques. Il s’agit, en fait de proposer un instrument de financement capable de prendre du risque sur ce type de jeunes supposés déterminés à développer l’auto-emploi.

Le FNS a été créé par le décret n° 2003-487 du 18 décembre 2003 portant organisation et fonctionnement dudit Fonds tel que modifié par le décret n° 2004-365 du 15 juillet 2004.

Le FNS est un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) ayant pour objet de contribuer à la résorption du chômage par des actions à deux (2) volets :

• Aider les jeunes à se prendre en charge par l’auto-emploi, à travers la mise en place de projets viables d’activités génératrices de revenus ;

• Amener le système bancaire à financer les projets viables portés par les jeunes ivoiriens déterminés à s’investir dans l’auto-emploi

OBJECTIFS ET MISSION

Objectifs

• Participer à la résorption du chômage des jeunes ;

• Encourager les jeunes à se prendre en charge, en s’investissant dans la mise en place de projets économiquement viables et adaptés à leur profil ;

• Rassurer et amener le système bancaire à s’intéresser au financement de petites et moyennes entreprises portés par des jeunes ivoiriens déterminés.

Mission
Favoriser, en partenariat avec le système bancaire national et international, l’accès au crédit des jeunes entrepreneurs et entreprises créatrices d’emplois jeunes.
La création du FNS répond par conséquent aux besoins fondamentaux de participer à la résorption du chômage, d’encourager la jeunesse à se prendre en charge en s’investissant dans la mise en place de projets économiquement viables et d’amener le système bancaire à s’intéresser au financement des projets des jeunes ivoiriens.

QUELQUES CHIFFRES CLES SUR LES ACTIVITES DE FINANCEMENT DU FNS

• 294 projets de PME/PMI admis en étude approfondie ;

• 111 projets ont reçu un accord de financement ;

• 78 PME entièrement installés pour un engagement global de 1 412 577 764 FCFA ;

• 1275 emplois directs prévisionnels ;

• La quasi totalité des demandes de financement provient de la région des lagunes ;

• L’expérience du terrain ayant montré la fragilité des projets individuels, le FNS a initié avec des partenaires des projets ou programmes d’insertion, pourvoyeurs d’emplois et permettant de mutualiser les risques inhérents aux projets.

Le bilan de l’activité du FNS, établi en janvier 2011, fait ressortir des résultats mitigés au regard de l’énorme espoir suscité par cet instrument d’accès au crédit bancaire, d’où les nouvelles orientations stratégiques initiés par les nouvelles autorités.

NOUVELLES ORIENTATIONS STRATEGIQUES

Dans le souci de rendre le dispositif du FNS plus efficace, en termes de création d’emplois, et plus proche de sa cible, la Direction générale a décidé de ce qui suit :

• Accorder la priorité aux projets agropastoraux et de petites unités de transformation, en encourageant le regroupement de personnes d’une part, et en mettant en place des projets collectifs de structuration de filières d’autre part ;

• Rapprocher le FNS des jeunes, surtout ceux de l’intérieur du pays par :

- la mise en place de cadre de collaboration avec les collectivités territoriales en vue de leur permettre de jouer le rôle de relais ou points focaux auprès de ceux-ci ;

- la multiplication des tournées d’informations et de sensibilisation dans l’ensemble des grandes régions pour expliquer le mode d’intervention et les conditions d’accès au financement du FNS;

• La réduction des délais de traitement des demandes de financement ;

• La diversification des partenaires bancaires (Banques et IMF) ;

• Une implication du réseau des IMF dans le financement des microprojets ;

• Contribuer à l’amélioration des plans d’affaires par la mise à la disposition des jeunes de modèles simplifiés de plans d’affaires (guide du plan d’affaires de micro projets et guide de rédaction de l’étude faisabilité).

Les commentaires sont fermés.