topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

01 février 2012

Secteur bancaire ivoirien : Pourquoi Ouattara veut privatiser les banques d`Etat

DRAPEAU CI.jpgCI 15.jpgPublié le mercredi 1 fevrier 2012 | Le Patriote
Elle fait jaser. Oui, la nouvelle de la privatisation voire de la liquidation des banques d'Etat alimente les causeries. Chacun y va de son commentaire. Et tout le monde se mue en banquier. Qu'en est-il exactement ?

Le président de la République, Alassane Ouattara, lors de sa récente visite d'Etat sur les bords de la Seine, précisément devant le patronat, a évoqué la privatisation prochaine des banques d'Etat : Bni (Banque nationale d'investissement), Bfa (Banque pour le financement agricole), la Bhci (Banque de l'habitat de Côte d'Ivoire), Cnce (Caisse nationale des caisses d'épargne), Versus Bank. Le président Ouattara, économiste, financier et banquier de son état, en évoquant cette privatisation sait de quoi il parle. En effet, le président Ouattara veut surtout que ces banques jouent le rôle qui est le leur : A savoir, faire du business pour la clientèle et non servir à tort et à travers les politiques. C'est surtout un problème de gouvernance qui guide le chef de l'Etat ivoirien. La Côte d'Ivoire qui veut utiliser à bon escient ses ressources n'entend plus les ''gaspiller'' en injectant constamment de l'argent pour relever des banques en proie à la banqueroute. Après analyse de la situation des banques d'Etat, le président Ouattara s'est rendu compte que le nœud gordien des banques ivoiriennes est leur gestion (managériale ou financière). Ces banques, même si elles appartiennent à l'Etat, ne sont pas gérées comme l'exige leur métier. Ce sont donc des problèmes de gestion qui gangrènent les banques d'Etat. En prime des crédits octroyés aux politiques et qui ne sont jamais recouvrés, une trésorerie en lambeaux. Des banques qui ne sont pas solvables et qui tirent le diable par la queue. Bref ! La transparence a foutu le camp dans certaines banques. Mais au-delà de cette malgouvernance dans les banques, il y a cette volonté subtile d'éviter l'instrumentalisation des banques d'Etat. Comme ce fut le cas lorsque la Bceao avait demandé à toutes les banques, sans exception, de fermer pour ne pas cautionner la forfaiture de l'ex-pouvoir. Les banques d'Etat avait refusé de le faire. Fonctionnant donc en dehors des règles de gestion préétablies par la Bceao. Fort des privatisations réussies des secteurs de l'électricité, de l'eau, de l'industrie sucrière et autres, Ouattara qui était à la base de cette métamorphose en 1990 entend remettre le couvert. Il faudrait donc inscrire l'annonce faite par le président de la république, dans un processus global qui tend à favoriser une nouvelle privatisation des sociétés para publiques et publiques dans le sillage de celles qui ont eu lieu dans le courant des années 90 alors qu'il était aux affaires. En général, les programmes de privatisation obéissent à trois grandes motivations. D'abord les avantages budgétaires à court terme générés par le produit des recettes de la privatisation, la réduction des subventions massives qui étaient accordées à des entreprises publiques souvent déficitaires, et l'élargissement de l'assiette fiscale lorsque ces entreprises deviennent bénéficiaires et que le nombre de transactions augmente sur la durée ; ensuite l'impact économique et social positif de la concurrence. Car on attend d'elle qu'elle encourage l'efficience des entreprises, fasse baisser les prix et améliore l'accès aux services autrefois fournis par l'État ; enfin, le développement des marchés financiers et une participation accrue des acteurs locaux afin d'attirer les investissements directs étrangers et de stimuler le développement du secteur privé. L'Etat veut surtout se retirer des secteurs qui peuvent compromettre la gouvernance qui est un indicateur important chez des Etats modernes. Il s'agit désormais de mettre les acteurs économiques devant leur responsabilité. La Côte d'Ivoire, après la stabilité, a décidé de faire de la relance économique son cheval de bataille. Une relance qui peut être impulsée par le secteur bancaire. Faut-il le rappeler, Ouattara a eu l'occasion de parler des banques à Paris mais il n'y a pas que ce seul secteur qui soit concerné par les mesures de privatisations.

Jean Eric ADINGRA

Les commentaires sont fermés.