topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

18 juin 2012

Téléphonie mobile : Les parts de marché de chaque entreprise

innovation 2.jpgECONOMIE 2.jpgPublié le lundi 18 juin 2012 | Le Mandat
Le secteur des Technologies de l’information et de la communication (Tic) se porte bien en Côte d’Ivoire. Ce milieu n’a pas été impacté par la crise de 2002 à 2011. Cela a été possible grâce aux actions du ministère en charge du secteur, qui se traduisent par une croissance continue depuis seize ans.
La téléphonie mobile représente 80% du chiffre d’affaires global dans le secteur des Technologies de l’information et de la communication (Tic). Six opérateurs se partagent près de 16 millions d’utilisateurs mobile, sur une population totale d’environ 20 millions d’habitants. Soit un taux de pénétration de plus de 62%. Le groupe Orange, filiale de France Télécom et le groupe sud-africain MTN figurent en bonne position, avec respectivement 33% de parts de marché chacun, suivi par l’émirati Moov (18%), le libanais Comium/Koz (10%) et le libyen GreenN (6%). Le nouvelle arrivant ‘’Niamoutié Télécom S.A’’, qui commercialise la marque Café mobile, vise même 1 million d’abonnés jusqu’à la fin 2012. Ce qui peut être possible si Café mobile sait capter les parts de marché des concurrents, tout en attirant la frange de la population non encore connectée. Cette concurrence devrait avoir pour conséquence la baisse des tarifs de communication qui sont déjà passés de 800 FCFA/min en 1997 à plus ou moins 70 FCFA/min ces dernières années. Quand au réseau de téléphonie fixe, il est l’affaire de deux compagnies : Côte d’Ivoire Télécom (opérateur historique au capital détenu par France Télécom) à 43% et l’Etat de Côte d’Ivoire 57%. Ensuite, arobase Telecom, implantée en 2004 en Côte d’Ivoire et rachetée par MTN en 2008. Le nombre d’abonnés stagne autour de 300.000 (dont 96% pour Côte d’Ivoire Télécom et 4% pour MTN), soit un taux de pénétration de 1,7%.

Faible pénétration de l’Internet

Si le réseau mobile connait un vrai dynamisme malgré la crise, l’Internet, lui, tarde à décoller, avec seulement 5,3% de taux de pénétration pour la téléphonie filaire. Le pays compte environ 2 millions d’internautes et près de 600 cybercafés officiellement déclarés repartis sur le territoire national. Mais, on ne recense à peu près que 100.000 abonnés. Une dizaine de fournisseurs d’accès se partagent le marché, avec pour principaux. Les opérateurs du secteur disposent de trois principales technologies (ADSL, Wimax et la fibre optique).
BENJAMIN SORO
Comment Koné Bruno redynamise le secteur
Les investissements dans le secteur des télécoms avoisinent aujourd’hui les 97,5 milliards FCFA. En principe, ceux-ci devraient normalement doubler, mais les insuffisances liées notamment au cadre réglementaire inadapté aux enjeux du développement d’une économie numérique, avec un Code des télécommunications qui datait de 1995, ne militait pas en faveur de l’accroissement des investissements prévus par les opérateurs. Soucieux de redynamiser ce secteur capital, le ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, Koné Nabagné Bruno, a pesé de tout son poids pour l’adoption du nouveau code des télécoms. Ce texte innovant en conformité avec les textes communautaires de l’espace Cedeao vise à faciliter l’atteinte des OMD-Tic. Cette nouvelle législation est due à l’évolution fulgurante au plan technologique dans le secteur en vue de la mise en œuvre d’un véritable espace économique commun qui donne à tous et aux investisseurs, notamment une meilleure visibilité des règles du marché. Le ministre Koné Bruno est allé plus loin. Car, cette loi protège les intérêts de l’Etat, des consommateurs et crée les circonstances de prospérité. ‘’Ce qui prime, c’est l’intérêt général’’, a-t-il précisé récemment lors d’un point de presse. Entre autres innovations contenues dans ce nouveau texte, l’encadrement légal de l’interconnexion et la définition de règles de fonctionnement des réseaux interconnectés, y compris le partage d’infrastructures critiques, à travers, notamment, des principes de dégroupage et de co-localisation, voire d’itinérance; la définition de nouvelles infractions apparues avec l’évolution des technologies dans le secteur des Tic et le renforcement de celles existant.

21:28 Écrit par innovationcotedivoire dans Actualités, Afrique, Côte d'Ivoire, Entrepreneurs en action, Esprit économique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.