topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

19 octobre 2012

Activités liées à la ferraille : un nouveau site pour accueillir les ferrailleurs d`Abidjan

ferraille.jpg

Quatorze ans que le projet a été initié ! Le nouveau site pour la réinstallation des ferrailleurs a été visité et la première tranche de la somme demandée par les populations d’Anokoua-Kouté (village Ebrié, disposant d’un droit coutumier sur le terrain) a été payée par l’Etat. C’était le lundi 15 octobre dernier au cours d’une cérémonie solennelle. Le Ministre Sidiki KONATE Ministre de l’Artisanat et de la Promotion des PME avait à ses côtés, son collègue de la Construction de l’Assainissement et de l’Urbanisme le Ministre Mamadou SANOGO. Quatre-vingt hectares de terrain qui seront aménagés pour installer près de cent mille ferrailleurs, mécaniciens, vulcanisateurs, vendeurs de véhicules. Bref, tous ceux qui travaillent dans la branche d’activité métaux et Mécanique. Rappel : les métiers de l’artisanat se retrouvent dans les huit (8) branches d’activités : bois, bâtiment, métaux-mécanique, textile-habillement-cuirs et peaux, alimentation et services, électronique et froid, hygiène et soins corporels, artisanat d’art.

Sur le nouveau site, le Ministre Sidiki KONATE a annoncé la création d’un centre hypermoderne rivalisant avec ceux des pays développés. Les artisans auront, en plus des magasins et box adaptés à leurs activités, les infrastructures nécessaires à une vie descente et régulière : une école, un centre médical, un commissariat de police, des banques, des maisons d’assurance etc.

Les enjeux sécuritaire et économique

La casse est connue pour connaître à chaque crise sociale, des incendies qui engendrent souvent des pertes énormes pour les travailleurs du secteur. Une certaine opinion, se fondant sur l’anarchie ambiante qui prévaut au sein de la casse, a voulu faire passer les ferrailleurs à une période de notre histoire comme des fauteurs de trouble. Le cadre de travail où les moteurs de véhicules traînent partout dans le désordre, au milieu des plaques d’huile de moteur détruisant l’environnement, n’était pas étranger à ce jugement de valeur. Le nouveau cadre respectant les normes en vigueur en matière de protection de l’environnement et surtout de sécurité, rassurera les Ivoiriens et les clients des travailleurs qui y seront bientôt installés. Un autre avantage en un la garantie que les banques auront de l’Etat. En effet, les entreprises qui seront installées sur le nouveau site seront identifiées, en règle avec les impôts et bénéficieront de l’encadrement du ministère de tutelle. La première conséquence sera que les banques vont désormais investir dans le secteur des métaux –mécanique qui, organisé, peut produire en réalité, d’énormes ressources financières. Le port d’Abidjan par exemple qui est reconnu pour ses performances est loyalement contourné par l’essentiel des bateaux transportant les moteurs et autres véhicules provenant d’Europe. Les ferrailleurs ivoiriens vont plutôt se ravitailler, à coût de centaines de millions, dans des pays limitrophes. La principale raison en est les facilités offertes aux ferrailleurs de ces pays qui sont organisés et bénéficient de l’appui de leurs Etats et des bailleurs de fonds.

Les emplois liés au secteur

Les ferrailleurs sont de gros importateurs de véhicules ou de pièces détachés. Cela est bien connu. En revanche, l’exportation de la ferraille dite morte est moins connue. Les camions chargés de fer ondulé ou des carrosseries qui traversaient la ville d’Abidjan avant le décret du 23 mai 2012 interdisant l’exportation de la ferraille et des sous-produits ferreux, transportent en fait la matière première pour l’industrie sidérurgique de certains pays. La non exploitation en Côte d’Ivoire de cette ferraille dite morte est un réel manque à gagner en termes de ressources et d’emplois. Le nouveau site prévoit donc la création de fonderies qui emploieront de nombreux Ivoiriens ou des personnes vivant en Côte d’Ivoire. En outre, les métiers de l’artisanat dans leur ensemble et ceux de la branche métaux-mécanique principalement ont ceci de positif que leur apprentissage, bien organisé, n’exige pas une longue période. C’est une formation accélérée qui ne produit aucun déchet dans la mesure où celui qui en sort « sait faire quelque chose de ses mains ». L’auto-emploi est assuré avec juste un coup de pouce qui peut venir de l’Etat notamment. Les conditions de sécurité qui seront créées sur le nouveau site d’Anokoua-Kouté (N’Dotré) garantiront non seulement l’activité des travailleurs mais encourageront la formation des jeunes aux métiers de la branches métaux-mécanique.

12:46 Écrit par innovationcotedivoire dans Actualités, Afrique, Côte d'Ivoire, Entrepreneurs en action, Evènements | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.